Le bonheur est dans l’assiette

En tant que française, passionnée de bonne bouffe et de gastronomie, l’une des premières questions qui m’est venue en tête à mon arrivée en Irlande, il y a trois mois, a bien sûr été : Où trouver un vrai bon gueuleton dans ma ville d’accueil?

Et bien que le saucisson, la raclette et le doux parfum du calendos me manquent cruellement, il était plutôt question ici de découverte de la cuisine et des boissons locales. Au début, j’étais enchantée par les Shepherd’s Pies, seafood chowders et autres crus Irlandais mais j’ai rapidement fait une overdose de la bouffe de pubs. Réconfortante et chaleureuse certes, mais vite lassante aussi.

Tous les Irlandais m’avaient venté Cork comme étant LA capitale gastronomique de l’île d’émeraude, mais mon côté chauvin prenant le dessus, j’étais à deux doigts de croire que s’expatrier en Irlande revenait à mourir d’ennui culinaire. (Suis-je la seule à frôler la dépression quand mon assiette fait la tronche ?).

Et puis un jour, j’ai emménagé à deux pas de Mc Curtain Street, l’Eldorado culinaire de Cork. Du fancy restaurant, au bar à cocktail en passant par le gastro pub, j’ai trouvé de quoi contenter mon appétit gargantuesque de snob parisienne.

LE BONHEUR EST DANS L'ASSIETTE

Assiette de la mer

Envie de siroter un bon whiskey tout en grignotant quelques fingerfood? Mon cœur balance entre Cask et le Bridge. Le premier est légèrement plus cher, certes, mais comment résister, quand on se gèle les miches, au Goldie Fish in the Skye : un cocktail chaud à base de whiskey, de cidre, de liqueur d’orange, de poudre de citron et d’algues, pour la surprenante touche iodée. Le deuxième, plus discret, propose quand à lui d’assez bons vins, et une « meat board » où l’on trouve du saucisson, de la tapenade et du jambon cru, à grignoter sur un fond de musique électro soigneusement sélectionnée.

LE BONHEUR EST DANS L'ASSIETTE

Le Goldie fish in the Skye

Si vous avez plutôt besoin d’un plat réconfortant, amoureusement mitonné et savoureux, direction le Gallagher’s. Une occasion spéciale? Mettez vous sur votre trente et un et laissez vous séduire par le charme du Greenes, huppé mais pas guindé : il marquera parfaitement le coup. Et si la soirée s’est un peu prolongée, que l’alcool a coulé à flots et que la foncedalle se fait sentir, arrêtez-vous au Fish Wife, commandez un fish’n chips bien croustillant, et kiffez.

Il y a tellement de choses à voir, d’odeurs à sentir et de petits restaurants à découvrir que je ne pourrai que vous reparler de cette rue de la faim et de la soif, où la magie opère à tous les coups.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *