L’immobilier à Cork

Vous avez dit immobilier à Cork ? C’est bien ça ?

Bienvenue dans l’enfer du marché ! Entre les annonces frauduleuses, les agences immobilières qui se comportent comme de véritables vautours et des loyers au tarif de Paris, vous êtes bel-et-bien dans la réalité du logement sur l’île d’émeraude.

Crédit photo : Anaïs-Lisa Forman

Crédit photo : Anaïs-Lisa Forman

Ça fait maintenant un mois que je suis en Irlande dans la sympathique cité de Cork, je dois bien avouer que j’étais stressée pour pas mal de choses avant mon départ (notamment l’abonnement téléphonique, l’adaptation à une nouvelle culture, à une nouvelle langue, les vols d’avion retour vers la France pour les vacances, l’assurance voiture, l’ouverture d’un compte en banque, etc.) mais pas une seule seconde pour mon logement. Première grosse erreur.

C’est vrai, après tout, trouver un logement n’a jamais vraiment été un problème en France… À partir du moment où l’on a l’argent pour avancer la caution et le premier mois de loyer ainsi que les documents de base (pièce identité, fiche de paie, fiche d’impôt pour les plus pointilleux) tout va plutôt bien. Oui, mais ici, ce n’est pas la France ! L’Irlande à une histoire immobilière tout à fait différente de l’hexagone.

1. La recherche

« Le Bon Coin » irlandais des annonces immobilières est daft.ie. Moins ergonomique et surtout beaucoup moins d’annonces, il faut être à l’affût des nouvelles entrées. Je vous conseille d’installer l’application mobile et d’activer les notifications d’alerte. C’est indispensable ici ! Beaucoup d’appartements intéressants ne restent pas plus de 3h en ligne. Toutefois, il faut être vigilant aux arnaques en tout genre sur le site et les signaler au moindre doute. Il est conseillé de réserver un logement avec EazyCity Cork par exemple, qui revient moins chers qu’un hôtel ou une auberge de jeunesse, pour pouvoir effectuer ses recherches directement sur place.

Crédit photo : Anaïs-Lisa Forman

Crédit photo : Anaïs-Lisa Forman

Le bouche-à-oreille fonctionne plutôt bien. Il y a toujours une personne qui connaît quelqu’un qui déménage ou qui cherche un colocataire. C’est pour ça qu’il est important de communiquer avec sa communauté sur les réseaux sociaux.

Pour ce qui est des agences, soyez fort ! Elles ne sont pas vos amies, elles ne sont pas là pour vous aider et il va falloir s’armer de patience pour négocier ne serait-ce qu’une visite. N’hésitez pas à passer tous les jours en agence (je sais ce que vous vous dites, ça fait un peu « forceur », mais vous n’avez pas franchement le choix et parfois ils ne mettent pas tout sur Internet).

2. Les visites

Ayez vos documents avec vous ! Un maximum de documents. Ici, pas de garants demandés mais énormément de paperasse.

Les basiques :

- Photocopie de pièce d’identité (de préférence le passeport)

- Contrat de travail

- Attestation PPS number ou photocopie du PPS number

- Recommandation de vos anciens bailleurs

Les petits plus :

- Les 3 dernières fiches de paies

- Contrat de votre ancien employeur

- Recommandation de votre employeur actuel et de vos employeurs passés

Avoir l’argent avec soit est également un plus pour prouver sa motivation et son engagement à l’agent immobilier. Il est conseillé de poser des questions. C’est apprécié et montre encore une fois votre intérêt pour le logement.

Ça semble dingue, mais chaque visite est comme un entretien d’embauche. Il faut faire bonne impression et savoir se vendre.

3. Les prix

Il est important de prévoir un budget avant l’arrivée en Irlande. Pour vous donner un ordre d’idée, pour un 40m2/50m2, deux chambres ne comptez pas moins de 1300€ au centre de Cork. Pour rentrer dans les lieux, il faut avancer la caution et un ou deux mois d’avance suivant les propriétaires.

Crédit photo : Anaïs-Lisa Forman

Crédit photo : Anaïs-Lisa Forman

Il faut aussi prévoir le logement temporaire le temps de trouver un appartement. En student accommodation, donc pour un 9m2/12m2, la moins chère que j’ai trouvé était à 50€ la nuit. En auberge de jeunesse, le prix commence à 17€ la nuit, mais impossible d’y rester plus de 3 jours consécutifs. Les AirBnB sont saturés et proposent des tarifs hallucinants. Bref, ça coûte cher. Vraiment cher. Le minimum à prévoir selon moi avant votre grand départ pour Cork est de 2000€ par personne.

4. Les exigences

Enfin, même si ça semble évident après avoir dit tout ça, oubliez vos exigences superflues. Par exemple, en hexagone, j’aurais recherché un logement de 50m2 style haussmanien en plein centre ville, avec du parquet, des moulures de cheminé en marbre, une cuisine américaine, douche et WC séparés et surtout du double vitrage. À Cork, j’ai pris ce qui m’était possible de prendre. Je suis dans un logement propre et en bon état. Il est indispensable d’oublier les coquetteries pour avoir un « chez soi ».

Écrit par Ana.

Leave a Reply